marrakech-culture.jpg

Une médersa, qui porte aussi le nom de madrasa est le mot originel utilisé pour désigner une école, qu’il s’agisse d’une école religieuse ou non, et cela, peu importe la confession religieuse. Le terme peut également être utilisé pour désigner une université de théologie musulmane. Mais au final, c’est principalement un lieu où on enseigne le droit. Il est vrai que ce droit est basé sur la charia, la loi islamique telle qu’elle est décrite dans le Coran. Il faut se rendre compte que dans le monde islamique, le Coran est le « livre de bord » qui organise la majorité des aspects de la vie au quotidien. Les médersas transmettent à leurs étudiants de nombreux rites, parmi lesquels le rite hanafite, le rite chaféite, les rites malékite et hanbalite. Ces rites correspondent à quatre orientations du droit qui diffèrent les uns des autres sur certains aspects. Les médersas enseignent aussi la langue arabe et la philosophie. En général la médersa est utilisée comme mosquée de quartier et vice-versa, c’est-à-dire qu’une mosquée peut servir de médersa. On en trouve dans la plupart des villes musulmanes, notamment à Marrakech voir ici https://viemarrakech.wordpress.com/.

L’appellation « médersa » peut être rapprochée du mot hébreu Midrash qui signifie « examiner », « interroger en profondeur ». On retrouve le mot « medrese » qui définit les écoles primaires en Turquie, et le mot « madresé » que l’on utilise en Iran. La première médersa a été fondée vers le 5e siècle afin de doter les populations d’un enseignement des doctrines sunnites, mais aussi pour qu’elles bénéficient d’un enseignement supérieur à caractère religieux. À l’époque, les élèves ou étudiants résidaient au sein de la médersa et ils étaient pris en charge par les services de la médersa, afin de pouvoir eux se consacrer totalement aux études. La médersa de Marrakech présentait un fonctionnement semblable à l’époque. 

Les enseignants que l’on retrouve dans la médersa de Marrakech ou dans toute autre médersa à travers le monde sont nommés directement par l’État. À Bagdad, la première madrasa fut créée au 11e siècle par Nizam al-mulk. On trouve également des médersas en Anatolie, en Égypte, en Syrie, mais aussi au Maghreb à partir de la dynastie des Mérinides. Les médersas d’Anatolie sont caractérisées par les matériaux qui les constituent, surtout la pierre. Elles sont aussi caractérisées par les cours de petites superficies qui sont à la limite inexistantes, à cause du climat froid que l’on retrouve dans cette région. Sur le portail on retrouve généralement des sculptures. De nos jours, les médersas sont intégrées à des complexes plus grands.