trottinette_electrique_1.png

Sur sollicitation du fabricant Décathlon, l’AFNOR a préparé et finalisé une norme qui concerne la trottinetteelectrique. Avant de continuer, précisons que les normes proposées par l’AFNOR ne le sont pas de son propre chef, elles sont généralement issues de demandes d’entreprises appartenant à des secteurs d’activité particuliers. L’AFNOR n’ayant pas forcément de l’expertise dans les différents secteurs, elle ne fournit pas d’idées, elle est surtout là pour conduire le processus d’élaboration de la nouvelle norme. Cette norme ne concerne pas l’utilisation des engins, mais surtout la sécurité lors du processus de fabrication de ces appareils, nous avons affaire ici à une norme très technique. Mais qu’est-ce que ces nouvelles règles apportent réellement à la trottinette électrique ? La nouvelle norme met en place des exigences de sécurité et répond à des préoccupations de mobilité urbaine, en évitant de toucher le secteur de la robotique pour le secteur médical, pour lequel une norme européenne existe déjà.

Certains produits peuvent entrer dans les deux catégories comme ce que l’on appelle le Nino qui est un engin de mobilité urbaine, mais qui peut également être utilisé dans le médical pour les personnes ayant des problèmes de santé, puisqu’il les aide à se déplacer. La nouvelle norme ne concerne pas seulement les engins en position assise. Le domaine d’application de la norme est circonscrit aux déplacements urbains, donc cette norme concerne les trottinettes électriques à deux roues, les gyroroues, ou même les trottinettes à trois roues comme le Trikke. La norme concerne tous les engins électriques légers que l’on utilise pour des déplacements doux en ville.

La nouvelle norme de l’AFNOR, ne concerne pas les vélos électriques puisqu’il existe une norme dédiée à cet engin, la norme EPAC qui a servi pour la mise en place de la norme pour les trottinettes électriques et autres engins électriques légers. La norme concerne tous les engins dotés de systèmes technologiques à base de gyroscopes et permettant la gyrostabilisation, qu’ils aient un siège ou pas. Le projet de normes porte le nom de « Personnal Light Electric Vehicles » ou encore PLEV. D’un point de vue marketing, l’utilisation de cette dénomination est plus facile et elle intègre tous ces différents produits qui sont en plein développement. La norme concerne donc ces engins destinés à une utilisation dans les espaces publics ou privés, mais uniquement dans un environnement urbain.